google-site-verification=hGjS2aIDh_ltCLWxM-rVf_s8c2rP1z877lNc_KSM3mE
google-site-verification=hGjS2aIDh_ltCLWxM-rVf_s8c2rP1z877lNc_KSM3mE

Video

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Link List

Text

telecharger logiciel gratuite

Télécharger des logiciels, jeux et drivers gratuitement en version complète légale ou d'évaluation gratuite pour Windows, Mac, Linux

Recherche personnalisée

Utiliser Proton VPN sous GNU/Linux

Hello les ami(e)s. Le concept de vie privée a pris un sérieux coup dans la gourde ces dernières années, mais il existe encore quelques solutions simples pour se protéger un minimum. Si vous débutez sous GNU/Linux, utiliser un VPN peut parfois paraître un peu compliqué alors qu’au final il n’y a pas de quoi fouetter un matou. Je vous propose de voir vite fait comment mettre en place une solution simple, mais efficace.

Pour cela nous allons installer quelques paquets et passer par un service qui se nomme ProtonVPN. Ils proposent 4 formules dont trois sont payantes, mais nous allons commencer par l’offre de base qui elle est gratuite. Vous pourrez toujours basculer sur une formule payante par la suite.

La première étape est donc de vous rendre sur cette page afin de créer votre compte en quelques clics.
Ceci étant fait nous allons maintenant nous attaquer à l’installation des paquets qui vont bien et à quelques étapes de configuration qui vous allez le voir, n’ont rien de bien sorcier.

NB : J’utilise Ubuntu 16.04 et GNOME en desktop, donc adaptez le tout en fonction de votre distro.

Ouvrez un terminal (CTRL+Alt+T) et installez les paquets suivants (il se peut que certains d’entre-eux  soient déjà inclus dans votre distribution) à l’aide de ces quelques lignes de commande  :

sudo apt install openvpn
sudo apt install network-manager-openvpn-gnome
sudo apt install resolvconf

Maintenant que vous avez ce qu’il vous faut, rendez vous sur votre dashboard ProtonVPN, sélectionnez votre OS, le protocole et le serveur que vous souhaitez utiliser.

Une fois le serveur sélectionné et le fichier de configuration téléchargé, gardez le bien au chaud. Celui-ci contiendra tout ce qu’il faut pour que vous n’ayez pas à entrer les paramètres de connexion à la main.

Nous allons maintenant paramétrer la connexion. Ouvrez votre gestionnaire réseau et créez une nouvelle connexion, en choisissant bien entendu l’option VPN :

Une fois que vous avez cliqué sur VPN, Choisissez d’importer le fichier de configuration généré sur le site de ProtonVPN :

Indiquez ensuite votre nom d’utilisateur et votre mot de passe dans les champs requis (vous les trouverez sur votre dashboard ProtonVPN) et enregistrez les modifications :

À ce stade vous devriez voir la connexion VPN apparaître dans votre gestionnaire réseau. Il ne vous reste plus qu’à cliquer dessus, à entrer votre mot de passe pour vous y connecter et à surfer comme un dératé :

Perso une fois connecté et après vérification je suis bien en Australie :D :

Comme vous pouvez le voir ce n’est pas bien compliqué, et en ce qui concerne ProtonVPN j’ai trouvé le service assez instéressant. L’option gratuite même si ce n’est pas ce qu’il y a de plus rapide est déjà pas mal pour commencer et les offres payantes ne sont pas hors de prix.

Pour ceux que ça intéresse il existe également un client Android qui roxxe du poney. Il est très facile à installer et à utiliser. Ça ronronne en deux minutes top chrono.

Bref, amusez-vous bien et sortez couverts ;)



from La vache libre http://ift.tt/2BfwNYp
via IFTTT

L'innovation, sport d'équipe ou individuel ?

Deutsche Bank
Voilà un intéressant débat que soulève Deustche Bank à travers sa nouvelle pensée de la semaine sur Twitter. Derrière un titre surprenant et contre-intuitif – l'innovation n'est pas un sport d'équipe –, se cachent quelques idées qui méritent un instant d'attention, ne serait-ce que parce qu'elles posent des questions rarement abordées dans les entreprises.

Le message relayé par la banque est en fait celui de Verena Bahlsen, fille du dirigeant actuel du groupe alimentaire Bahlsen, qui vient elle-même de créer une nouvelle activité. Ce qu'elle sous-entend à travers son slogan percutant, c'est qu'il serait plus facile pour une structure familiale d'innover car, contrairement à une entreprise cotée en bourse ou une startup, elle n'a de comptes à rendre à personne pour se lancer dans une aventure à l'issue incertaine telle que l'innovation : le « chef » peut décider seul.

Dans un certain sens, l'affirmation de Verena Bahlsen est tout à fait incontestable : il est définitivement plus expéditif et plus simple de démarrer un projet quand on est seul maître à bord que quand on doit au préalable obtenir un accord d'associés, d'actionnaires et/ou d'investisseurs. Une variante de ce raisonnement est d'ailleurs fréquemment citée dans les grands groupes, selon laquelle il serait impossible d'y développer une culture d'innovation si la volonté n'en est pas d'abord initiée et portée par le PDG.

Mais le pouvoir de décision individuel suffit-il à garantir le succès ?

Innovation ist kein Teamsport

Naturellement, une fois l'initiative lancée, il faudra généralement rassembler une équipe pour son exécution et l'amorçage solitaire se transforme donc rapidement en effort collectif. Mais, surtout, il est possible d'envisager la démarche différemment. En effet, l'innovation est d'abord un exercice de conviction. À un moment ou un autre, il faudra au moins parvenir à persuader des clients d'adopter le produit qu'on veut leur proposer. Or il est utile de se confronter à cette réalité le plus tôt possible dans le parcours.

Les conditions ne seront pas toujours optimales – par exemple, dans le cas où il faudra négocier avec un directeur traditionaliste dans une entreprise centenaire plutôt qu'avec un capital-risqueur qui vient d'investir dans une jeune pousse technologique – mais la nécessité de présenter son idée et de devoir séduire avec elle un interlocuteur a priori indifférent a aussi d'indiscutables vertus, pour une première validation de son opportunité et afin d'identifier rapidement les éventuels ajustements nécessaires.

En ce qui me concerne, je persiste à penser que l'innovation ne peut être qu'un sport d'équipe. Bien qu'il soit infiniment plus confortable de ne pas avoir à défendre son projet avant de le commencer, la confrontation au scepticisme, aux questions gênantes, aux hypothèses pessimistes… est salutaire. Et, inversement, le besoin de recueillir un accord, le fait d'être challengé ou l'absence de dirigeant visionnaire… ne doivent point être utilisés, ainsi qu'on le voit trop souvent, comme excuses pour ne rien tenter.


from C'est pas mon idée ! http://ift.tt/2rnUXk3
via IFTTT

Non, le DSI n'est plus sponsor de l'innovation

Gartner
N'en déplaise à ceux qui, comme on peut encore le lire régulièrement, persistent à croire que la Direction des Systèmes d'Information a vocation à entraîner le reste de l'entreprise dans l'adoption des nouvelles technologies, la révolution « digitale » entraîne nécessairement une autre distribution des responsabilités en matière d'innovation.

L'approche était logique il y a 50 ans. L'informatique était alors l'innovation en soi, elle n'était maîtrisée que par des spécialistes, à qui on confiait la mission d'identifier les meilleures opportunités d'utilisation (quasi exclusivement à des fins d'automatisation de tâches manuelles) et leur mise en œuvre opérationnelle. Ce modèle historique a perduré jusqu'à maintenant, en particulier dans les services financiers, parce que, dans une certaine mesure, la technologie n'intéressait pas les dirigeants des lignes métier.

Aujourd'hui, cependant, la roue tourne : il devient évident que l'organisation dans son ensemble doit porter la transformation « digitale » et l'innovation, et que les exigences de réactivité et de flexibilité imposent à chacun de savoir répondre rapidement aux attentes des clients, en sachant capitaliser sur toutes les ressources disponibles. Le rôle incombera donc de plus en plus aux équipes qui sont en première ligne de dompter et exploiter les technologies afin de satisfaire les besoins de manière optimale.

La DSI, de son côté, a d'autres chats à fouetter. Avec quelques décennies de passif logiciel à gérer, sa priorité est de veiller au bon fonctionnement des applications existantes et à l'efficacité des processus industriels du Système d'Information. En parallèle, comme toutes les autres directions de l'entreprise, elle doit aussi innover. Mais il s'agit, en l'occurrence, d'explorer, expérimenter et déployer des solutions qui lui permettent de mieux répondre à ses objectifs de fiabilité, de robustesse, de sécurité…

La rupture peut paraître difficile à accepter pour ceux qui ont connu une autre époque, mais il leur faudra se rendre à l'évidence : deux métiers radicalement différents ont progressivement émergé de la mutation technologique et il ne serait pas raisonnable d'intégrer sous une même gouvernance le maintien en conditions opérationnelles du cœur de réacteur d'une banque et le pilotage de la transformation « digitale » et de l'innovation. Et c'est pourquoi, en attendant sa diffusion dans toute l'entreprise, ce dernier est dorénavant confié à une structure spécifique et à son responsable dédié, le CDO.

Concept


from C'est pas mon idée ! http://ift.tt/2DxP0G9
via IFTTT

SpeedCommander 17.30.8900 32-64 bit En-De


A fast file manager with many special features without installation.
Download Portable SpeedCommander 17 Online (4.9 MB) 19/01/18
On new computer, click on Enter activation key... copy Registration ID in SpeedCommanderKeygen.exe, paste License key and click on Manual.
Download Portable SpeedCommander 16 Online (0.2 MB) 06/10/15
Download Portable SpeedCommander 15 Online (0.2 MB) 26/04/15

Extract and run SpeedCommanderPortable.
Settings of installed SpeedCommander should be preserved.



from PortableAppZ http://ift.tt/2DRsWUi
via IFTTT